Jusqu'à en peindre des coloquintes

Publié le 13 Juillet 2009



C'est le jardin, durant l'été, qui nous offre grâcieusement des coloquintes, il ne reste juste qu'à les cueillir vers le mois de septembre, il paraît que celles-ci envahissent aussi les marchés de Hollande et de la provence.

 

Pour les conserver, il nous a fallu aussi procéder par expérience, échecs, et recommencer encore… au bout de plusieurs années… malgré tous les bons conseils livrés par internet ou autres, nous avions beau les suivre, de toute façon, cela ne marchait jamais.

 

Enfin, à force, cela a marché, il suffit de les laisser tranquilles dans une pièce non humide, chauffée à environ 20°C, pas trop exposés directement au soleil, placées sur des grilles ou des cagettes pour permettre à la peau des colloquintes de transpirer de toute part. Il faut quand même de la place et environ une année (voire plus pour certains). Absolument garanties de ne plus pourrir du tout, elles se vident d’elles-mêmes de leur chair et leur matière devient aussi dure parfois que l'écorce du bois.

 

Ainsi, on peut imaginer à faire des instruments de musique, fabriquer des boites, etc,  ou les laisser nature, et enfin les peindre ou les décorer, etc, reprendre comme on veut la matière que les coloquintes nous laissent au choix.

 

Alors voici, peindre des coloquintes, ça paraît farfelu comme ça !


S6000908.jpg



S6000910.jpg

Rédigé par Patoue Petit

Publié dans #Peinture sur coloquintes

Repost 0
Commenter cet article

Patricia 05/10/2009 14:18


Coucou Mimi, nous avons visité un fleuriste qui conservent les coloquintes cet été (certaines énormes ne vont plus exister), en fait, il les laisse poser sur des cajettes, toute une année, la
température doit être comprise à environ 15 à 20, il ne doit y avoir aucun humidité... On n'est pas obligé de faire des trous comme tu le dis... les graines restent à l'intérieur... Celles qui sont
très grosses deviennent extrêmement dure, un fois complètement séchées (durée au moins 1 année)... et servent aussi à agrémenter des nids d'oiseaux dehors par exemple.
Amicalement.


Mimi 05/10/2009 14:10


Bonjour !
J'ai expérimenté moi aussi la conservation des coloquintes... La technique qui a marché chez moi, c'est de les garder à l'intérieur tout l'hiver (seulement celles qui n'ont aucune blessure), dans
un endroit sec et chauffé, en les tournant souvent, sans percer de trous. La matière à l'intérieur sèche comme le reste, elle se raccornie je suppose ? On entend les graines au bout de quelques
mois quand on secoue, c'est devenu un instrument naturel, sans la moindre manipulation...
Amitiés


Patricia 03/08/2009 14:42

Un peu folle de la peinture (faut bien avoir un grain, c'est normal !), je me lancerais bien aussi dans la peinture des vieux meubles bons à jeter... ça marche bien en ce moment...
Quant aux Coloquintes, on peut même en faire des mobiles, des glinglins, sans couleur, ni peinture, c'est moins joli...
A bientôt.

rollingman 02/08/2009 10:09

etonnant, il fallait y penser.... serais tu une "peintulureuse folle"...mmddrr... qui ne peux s empecher de recouvrir de peinture toute surfavce...mmddrr...
bon dimanche