Histoire de voir, un jour peut-être

Publié le 25 Juillet 2012

Certains artistes ont appris à voir
dans des circonstances et des contextes singuliers ;
souvent considérés comme « naïfs »,
ils sont rarement invités à présenter leurs œuvres
dans des institutions dédiées à l’art contemporain.

 

Regarder autrement :

Histoires de voir devrait naître de la curiosité d’aller voir et de comprendre en quoi consiste l’art dit « naïf », « autodidacte » ou « primitif », de partir à la rencontre d’artistes empruntant d’autres chemins que ceux imposés par les codes visuels dominants, de revisiter les relations entre art contemporain et art populaire, entre art et artisanat.

Répondant au désir de libérer le regard et de regarder autrement, de donner la parole à des artistes et des communautés d’artistes qui portent sur le monde un regard émerveillé.

Faisant connaître des femmes et des hommes pour qui l’art est « en lien étroit avec l’hypersensibilité du cœur » et dont les œuvres sont « un document de vie », selon les mots d’Alessandro Mendini, designer et architecte italien.

Rédigé par La compagnie des 5 doigts

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michèle 25/07/2012 18:09

Je te remercie, pour avoir pris le temps de me répondre avec des propos auxquels j'adhère à 100% .
Merci beaucoup, et sois assurée de mon amitié qui a su faire la part des choses à une période difficile, un vrai chaos pour moi; je pense que tu comprendras !

La compagnie des 5 doigts 25/07/2012 18:18



100%, voir 250% comme l'informatique du mathématicien est déréglé, c'est bon signe ! Bises et t'en fais pas... 



Michèle 25/07/2012 17:02

Histoire de voir & histoire de dire !
Tu ne me verras plus sur FB, réseau social que j'ai quitté hier.
J'aime ces mots aujourd'hui; alors que je croyais découvrir une autre œuvre en marche .
Bonne continuation et bonne fin de journée.
Les échanges entre nous sur les blogs apportent tout autre chose de moins superficiel.
Bisous.

La compagnie des 5 doigts 25/07/2012 17:51



ça ne m'étonne pas Michèle, c'est pourquoi, j'écris pas, nous n'avons pas appris à penser AUTREMENT... et personne n'est vraiment capable aujourd'hui... Rêvons, c'est la seule chose, les mots ne
sont que déjection, il suffit d'une interprétation et on se fait la même pour tout le monde, mais cette interprétation n'est qu'une tête unique, bien pésante et bien pensante ! P'tête qu'un jour
l'art sera reconnu non pas pour de l'infernabilité, ou de l'infaisabilité, de l'impossible... Mais en vrai, à vrai dire, pourquoi pas être payé à rester chez soi et peindre, qu'est-ce cela gêne,
si c'est pour nous faire "chier" quand on sort, et qu'on nous ressasse la même chose, comme on dit en terme vulgaire et que ça ne construit rien mais pour de l'autodestruction ? Hein... Bises.


Il faut aujourd'hui bien sélectionner "ses" amis et ça, c'est la faute à personne, mais c'est à cause du système qui fait dire ça, qui fait penser ça, à la majorité des gens pour se placer et
bien rester comme ça - peur de perdre la place - on se protège comme si il y avait quelque chose à reprocher à chaque fois, c'est une habitude les reproches, mais les critiques constructives,
c'est pas du à tout le monde, souvent ça reste comme statue de pierre et non dans l'émerveillement. Il faut sortir des gobages de théories ou de pratiques en tout genre qui n'apportent rien
depuis la nuit des temps. Et c'est ce que j'ai bien l'intention ferme et définitive de faire MAINTENANT ET AUJOURD'HUI... Chaque jour est et sera un nouveau souffle et je jette le passé au loin,
je n'ai pas à le subir, ni à le porter même si on oublie jamais... Il ne faut jamais porter l'histoire, non jamais... Il faut vivre pour vivre... chaque jour doit être un soleil et un nouveau
rayon de lumière.